Eponge Konjac de Lamazuna

CHF9.90

Eponge Konjac Lamazuna

6 en stock

Catégories : ,

Description

Eponge konjac Lamazuna

Pour le visage ou la toilette de bébé

L’éponge de konjac est 100% naturelle et végane, elle est fabriquée à partir de racine de konjac en poudre et d’eau, c’est tout ! Pas besoin de colorant ni de traitement chimique pour la blanchir. Ses effets ? Elle exfolie le visage tout en douceur et rajeunit la peau en lui donnant de l’éclat. Elle permet de calmer des poussées d’acné en nettoyant les pores au quotidien. On peut également l’utiliser pour la toilette des bébés !

En savoir plus:
Les Japonaises utilisent le konjac depuis 1500 ans pour exfolier le visage au quotidien, tandis que les Coréens la réservent à la toilette des bébés. Par son nettoyage en douceur, elle peut aider à calmer les poussées d’acné.

Son effet est surprenant, car elle combine l’efficacité d’un gant de gommage à la légèreté d’une fleur de bambou.

Comment utiliser l’éponge de konjac?

Vous pouvez l’utiliser simplement avec de l’eau. Humidifiez là pour qu’elle gonfle et qu’elle soit douce. Comme toutes les éponges, elle sèche et durcit à l’air libre. Elle retrouve néanmoins sa forme originale lorsqu’elle est humide.

Frottez doucement votre peau pour l’exfolier en douceur. Profitez aussi de ce massage pour vous détendre.

Rincez-la rapidement sous l’eau pour enlever les impuretés qu’elle a récupérées puis laissez-la sécher.

Vous pouvez aussi l’utiliser avec des eaux florales ou vos produits habituels. Bien que cela ne soit pas obligatoire, ces produits n’abîment pas l’éponge. Il suffira de bien la rincer ensuite.

Comment conserver l’éponge de konjac?

Il est préférable de la laisser sécher entre deux utilisations à l’air libre. En fonction de l’humidité de votre salle-de-bain, elle peut mettre plusieurs jours à sécher complètement. Vous pouvez la suspendre grâce à son fil de coton.

Chaque éponge a une durée de vie d’environ trois mois, après quoi elle va commencer à s’effriter. Vous pourrez alors la mettre au compost !

Comment sont fabriquées nos éponges de konjac ?

Prenez une racine de konjac, qui ressemble à une énorme pomme de terre (tandis que sa fleur rappelle les arums)
Réduisez cette racine en farine, vous obtenez ainsi une poudre blanche
Mélangez avec de l’eau
Passez au four
Votre éponge est prête !

Deux ingrédients suffisent : de la poudre de konjac et de l’eau.

Notre éponge est rangée dans une boite en carton compostable, sous forme sèche. Il suffit de la mouiller quelques secondes sous l’eau pour qu’elle devienne ronde et douce.

Où sont-elles fabriquées ?

Nos éponges de konjac viennent d’une manufacture située dans l’Hubei, au nord de la Chine. Cette région montagneuse possède un climat chaud et humide, propice à la culture du konjac (et aux randonnées avec des paysages magnifiques !). Nous l’avons visitée et choisie pour la qualité de ses installations et son hygiène irréprochable. L’activité principale de cette fabrique n’est d’ailleurs pas les éponges mais la poudre de konjac destinée à remplacer la gélatine dans la cuisine végane.

Pour le transport, nos éponges de konjac n’ont pas peur de prendre la mer puisqu’elles nous arrivent par bateau. Les émissions carbones dues à ce périple sont ainsi minimales (d’autant plus que les éponges sont très légères) et largement compensées par la forêt que nous plantons au Pérou depuis 2013. Pour en savoir plus sur notre projet d’agroforesterie, c’est par ici !

Poids de l’éponge : 30g

En savoir plus sur Lamazuna:
Enchantée, je m’appelle Laëtitia et je suis née en Vendée il y a 30 ans.

Lamazuna… Une marque française au nom géorgien !
En 2010 j’ai eu une idée formidable : remplacer mes 5 cotons à démaquiller jetés chaque jour et le produit qui les accompagnait par de simples lingettes en microfibre ultra douces et réutilisables des centaines de fois. Une idée géniale oui, mais qui demandait à être confirmée. J’ai enrôlé quelques copines pour faire office de testeuses et, coup de chance, elles aussi étaient emballées !

Restait à trouver un nom. Je voulais des sons en “a” et si possible un mot swahili (du style “hakuna matata”). Mais finalement c’est Nika, mon colocataire géorgien, qui a trouvé “Lamazuna”. “Jolie jeune fille” dans sa langue, joli nom, non ? =)

Une gamme “écolonomique”
La toute première version de www.lamazuna.com est sortie en décembre 2010. A l’époque, les lingettes étaient juste proposées avec un filet de lavage, le coffret de rangement est arrivé plus tard. Grâce au bouche-à-oreille et à l’engouement des blogueuses beauté pour ces lingettes démaquillantes hors normes, Lamazuna a pris forme et s’est doucement développée.

Un autre produit écologique et innovant est arrivé : l’Oriculi, ce drôle d’instrument qui remplace les coton-tiges à vie. Grâce à eux et aux lingettes, le quotidien est simplifié tout en réduisant considérablement les déchets de la salle de bain. Détail important, ils représentent un petit investissement de départ, puis font réaliser des économies dès la première année d’utilisation. Ils sont écolonomiques comme on dit =)

Remplacer les coton-tiges
Tout ça parce que ma Maman avait interdit les coton-tiges à la maison !

Ils provoquaient soi-disant des bouchons d’oreilles. Donc à la place, on enroulait un tout petit peu de coton sur un cure-dent à la pointe coupée. C’était un peu laborieux, donc on ne le faisait pas souvent, et nos oreilles s’en portaient très bien.

Puis vint l’adolescence et la nécessité du déodorant. Je n’en avais pas vraiment besoin mais c’était “trop la honte” de ne pas en mettre après le sport dans les vestiaires du collège. Sauf que Maman ne voulait pas non plus qu’on en utilise, les anti-transpirants bloqueraient soi-disant les toxines à l’intérieur du corps et seraient susceptibles de favoriser les cancers du sein. Résultat : je m’empressais d’aller m’en acheter en douce et de le cacher au fond de mes placards (Maman si tu me lis, tu vois l’étagère des t-shirts ?!).

Ce n’était pas par esprit de contradiction, c’est simplement qu’il me semblait IM-POS-SIBLE que l’on puisse trouver en magasin des produits qui nous seraient néfastes. S’ils l’étaient vraiment, d’autres personnes que ma mère devaient être au courant et les auraient interdits.

La facilité de l’obsolescence programmée
Puis j’ai grandi (il n’y a pas longtemps). En inventant des lingettes réutilisables 300 fois, j’ai réalisé que je n’allais en vendre qu’une fois tous les 3 ans à une même cliente. Là, j’ai compris pourquoi on avait créé l’obsolescence programmée.

Puis j’ai découvert les charges sociales, la TVA à reverser, l’impôt sur les sociétés, et là j’ai compris qu’il allait falloir assurer. J’ai hésité à prendre des pots en plastique, bien moins chers, pour mes cosmétiques naturels plutôt que les jolis pots en verre qui peuvent être recyclés à l’infini, mais j’ai fait le choix du durable. J’ai trouvé un site Internet pouvant imprimer les étiquettes de mes produits à très bas prix, mais j’ai opté pour un imprimeur voisin, un peu plus cher mais la pollution du transport en moins et le contact en plus. J’ai découvert que le prix d’une pochette en coton bio pour la Cup féminine est 5 fois plus élevé que celui d’une pochette classique, mais j’ai fait le choix du durable, quitte à réduire ma marge pour rester dans la même gamme de prix que mes concurrents.

Bref, j’ai fait des choix.
Des choix que Monsieur Coton-tiges n’a pas fait en préférant le jetable au durable, Monsieur déodorant non plus en préférant le toxique mais plus facile à promouvoir (efficacité 72 heures !) au raisonnable et non risqué pour la santé. Maman avait raison…

Alors oui, Lamazuna aura du mal à entrer au CAC 40 puisqu’elle ne vise pas le profit maximal. Mais après 5 ans de développement, elle vient de créer 5 emplois. Jeane et Alexandra s’occupent des relations avec les boutiques qui vendent nos produits, répondent à toutes les questions des clients et blogueurs, Antoine prépare les colis de nos clients professionnels et Leely vous accueille dans notre Atelier-Boutique situé au 31 rue Louis Blanc à Paris !

J’espère que demain de nouveaux collaborateurs viendront agrandir notre équipe. Peut-être huit, dix ? Ce serait bien dix personnes vivant grâce à nos produits. Ca voudra dire que nous aurons permis d’économiser des centaines de flacons en plastique de shampooings, déodorants et dentifrices, des centaines de milliers de tampons hygiéniques et de coton-tiges, et des millions de cotons à démaquiller jetables !

Et c’est ça finalement être écolo, ce n’est pas être militant, c’est juste revenir au bon sens.

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Eponge Konjac de Lamazuna”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code